king-1716907_1280

[mise à jour du 30/07/17] Ma stratégie évolue. J’ai céder l’ensemble des actions (poches Actions et Immobilier) que je possédait pour me concentrer uniquement sur les produits dérivées, et plus particulièrement les bonus cappés.
———-
Ma stratégie d’investissement repose sur plusieurs axes bien distincts les uns des autres. Tout d’abord, lorsque j’investis, il faut bien comprendre que je ne cherche pas à trouver la « pépite », la société qui va voir son cours exploser à la hausse. Ceci est bien au delà de mes capacités d’analyse.Non, ma stratégie d’investissement est bien plus simple. Elle a pour but de me permettre de surperformer le marché lorsque celui-ci est modérément baissier, voir stable. Inversement, dans le cas d’un marché haussier, mon portefeuille risque de se comporter un peu moins bien que les indices.

Pour ce faire, mon portefeuille est divisé en trois « poches » : Actions, Immobilier et Dérivés. Chacune joue son propre rôle et me permet d’être exposé à différents pans du marché. Les poches Actions et Immobilier visent à m’apporter des dividendes réguliers. Inversement, la poche Dérivés a pour but de protéger mon portefeuille en cas de marché modérément baissier ou stable.

Les poches

 . Actions… comme son nom l’indique, elle se compose d’actions en direct dans des sociétés qui me semblent solides et qui versent un dividende régulier et non négligeable. Idéalement le rendement sur dividende doit se situer au delà de 5% par an. La poche actions est également susceptible d’être composée d’ETF (aussi appelés Trackers).

Les actions et/ou ETF composant cette poche ont pour vocation à former un « fond de portefeuille ». C’est à dire qu’il doit s’agir de titre que je conserverai, à priori, un très long moment. Cela n’exclue bien évidemment pas des mouvements sur un / des titres(s) si de nouveaux éléments le(s) concernant devaient se porter à ma connaissance.

 . Immobilier… d’un point de vue technique, la poche Immobilier se composé elle aussi d’actions, mais uniquement de sociétés oeuvrant dans le secteur immobilier. C’est pour cette raison que j’ai décidé de faire un distingo entre ces deux poches.

Si j’investis dans la « pierre papier » (actions de sociétés immobilières) c’est tout simplement parce que je ne souhaite pas le faire dans l’immobilier physique. Je peux ainsi choisir d’investir dans différents secteurs de l’immobilier (promotion, habitation, bureaux, commercial, …) sans aucune des contraintes afférentes à l’immobilier physique.

 . Dérivés… il s’agit de la partie la plus « exotique » du portefeuille. Cette poche se compose quasi exclusivement de produits nommés Bonus Cappés. Ils me permettent, en cas de baisse modérée du marché (ou de stagnation) de surperformer celui-ci.

J’achète mes bonus cappés uniquement sur de grandes sociétés françaises ayant une certaine solidité ainsi qu’une volatilité boursière moyenne. Selon les caractéristiques que je définis, je peux encaisser des baisses de 20 à 30% sur les sous-jacents des mes bonus cappés, tout en enregistrant au final un gain de 5 à 10% brut.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s